Biographie

Bruxelles, octobre 1960. Cette grande ville européenne est la capitale d'un royaume de 10 millions d'habitants, la Belgique, enserré entre la France, l'Allemagne et la Hollande.C'est là que naît et grandit Jean-Claude Van Varenberg. Il est timide et peu sûr de lui. A l'école, l'enfant est surtout motivé par le dessin et le sport, les études ne l'intéressent pas beaucoup. Il préfère observer et lire : les héros musclés de bandes dessinées le fascinent, mais ils lui semblent tellement inaccessibles! Jean-Claude a douze ans lorsque son père l'emmène chez Claude Goetz, entraîneur diplômé de karaté. Les cours de Goetz sont efficaces mais durs et réservés aux adultes. Le jeune adolescent n'est pas doué, il est raide et craintif. Mais il veut progresser à tout prix et sa détermination farouche n'échappe pas à son professeur. Le jeune Van Varenberg souffre énormément, il abandonne plusieurs fois mais il sent en lui une force inexorable qui lie son destin. Musculation durant des heures et répétitions de coups de poings dans le vide avec des haltères à bout de bras, stretching et grand écart, endurance, mouvements de karaté, séances de sparring …, l'entraînement de Goetz est démentiel!
Dix-sept ans, Jean-Claude s'est développé physiquement et il a plus confiance en lui. Sensible à la musique classique, il suit également des cours de danse durant quatre ans. Mais le karaté reste sa priorité. Il parvient à vaincre sa peur et il participe à de nombreux combats très exigeants. Ses adversaires redoutent sa rapidité et la puissance de ses jambes. Après avoir remporté un Championnat d'Europe par équipe en 1979, Jean-Claude participe au Championnat du monde à Wako en Floride. Emerveillé par les USA qu'il découvre pour la première fois, notre jeune karatéka délaisse l'entraînement. Il se fait battre par le belge Teugels et ce dernier devient Vice-Champion du monde. Quelques mois plus tard, Jean-Claude prend sa revanche et bat Teugels en moins de deux minutes. Un entraînement acharné, une rage de vaincre et la victoire : le jeune Van Varenberg retiendra la leçon. Attiré par l'Amérique, Jean-Claude y retourne en 79 et 80, mais en Californie cette fois. Il découvre le célèbre " Gold Gym " et rencontre celle qui deviendra sa première femme : Melly. Revenu en Belgique, il décide d'ouvrir une salle de bodybuilding à Bruxelles : le " California Gym ". La salle de musculation connaît un gros succès. Jean-Claude s'y entraîne durant des heures, il se muscle de manière naturelle jusqu'à peser 99 kilos et il soulève 166 kilos au bench!
Mais ses projets sont ailleurs: le cinéma! Comment y parvenir? Il multiplie les contacts à Bruxelles, à Paris, en vain. Une seule issue: les Etats-Unis … 1982 - Le jeune Van Varenbergh se retrouve à Los Angeles, ne parlant pratiquement pas un mot d'anglais, sans références, … Son nom étant trop difficile à prononcer, Jean-Claude opte pour Van Damme. Il s'entraîne énormément mais doit trouver du travail pour survivre: chauffeur de taxi, livreur de pizzas, cours de danse, etc... Depuis quatre ans, le jeune Belge s'efforce de rencontrer des producteurs et les grands acteurs: Stallone, Scharzenegger, Chuck Norris. Ce dernier lui permet de figurer dans " Missing in Action I ". D'autres petits rôles lui sont également offerts, notamment dans "No Retreat No Surrender ". Mais Jean-Claude sait qu'il est capable de beaucoup mieux. Il décide alors de risquer le tout pour le tout.
En 1986, Menahem Golan est un des producteurs les plus réputés d' Hollywood. Jean-Claude décide de forcer sa porte à sa manière: à la sortie d'un restaurant, il s'approche de Golan et exécute un fulgurant "mawashi" à quelques centimètres de son visage. Impressionné, le producteur l'invite à son bureau le lendemain. Jean-Claude devra patienter six heures avant d'être reçu et convaincre Golan de l'engager. Mais il sort ébloui: on lui a confié le script d'un film ! Le titre: Bloodsport. Le budget consacré à Bloodsport est malheureusement limité et quelques mois plus tard, Golan, déçu, veut le distribuer directement en vidéo. Mais Jean-Claude n'abandonne pas: il refait lui-même le montage du film et persuade son producteur de sortir le film en salles, sans la moindre publicité!